• Facebook
  • Google+

Des quartiers où il fait bon vivre, l’expérience d’une équipe.

Panique à bord

Panique à bord

Les différents médias municipaux au service du maire ont permis de réussir à afficher un vernis de dynamisme au sein de la commune.

Il ne s’agit que d’un vernis aussi clinquant qu’un papier de fêtes, qui dissimule la réalité d’une fin de mandat consternante.

Des zones bleues à foison, sur un côté, rue de l’église et sur le parking de l’Iris. Cette nouvelle zone bleue n’est aucunement justifiée. il n’y a aucun commerce alentours. Ce parking est généralement vide et lorsqu’on s’y gare pour aller à la médiathèque ou à l’IRIS on n’a pas envie d’être contraint d’aller tourner le disque de stationnement, au risque de l’oublier ou de dépasser l’heure.

L’installation de la climatisation défigure totalement la façade de l’IRIS alors qu’il était parfaitement possible de dissimuler les éléments sur le côté ou sur l’arrière du bâtiment.

Le conseil municipal n’est jamais consulté sur ces sujets et le souci principal du maire est de rendre impossible l’expression des oppositions en les privant systématiquement des informations auxquelles elles ont légitimement droit et en réduisant à la portion congrue leur expression dans Franch’Info.

Découvrir le 21 novembre 2019 que Noël se déroule en décembre, et contraindre les trois groupes d’oppositions à rédiger en urgence le dernier article à paraitre sur le mandat, restera, à l’image de ces 6 années, un véritable coup de force.

De la à imaginer un calcul, il n’y a qu’un pas, pas que nous ne franchirons pas, car cela dépasse, et de loin, notre compréhension du sens des responsabilités de Michel RANTONNET …

De la à imaginer que derrière le slogan martelé tout au long de son mandat, « Pas de dogmatisme mais du pragmatisme», il y a en réalité une absence totale de projet et une incompétence flagrante, il n’y a également qu’un pas,  qui a été franchi dès le lendemain des élections de 2014 !

Cette fin de mandat se traduit par une équipe qui se délite, (nombreux départs d’élus et de fonctionnaires) et par une frénésie de décisions prises sans la moindre concertation, dans l’urgence de faire du visible, avant les élections, quitte à faire du n’importe quoi.

A chacune et chacun, bonne et heureuse année 2020.

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • facebook
  • twitter