• Facebook
  • Google+

Des quartiers où il fait bon vivre, l’expérience d’une équipe.

Monsieur Olivier LAVERLOCHERE

Monsieur Olivier LAVERLOCHERE

Monsieur l’Adjoint,

Votre Tribune Libre dans le dernier Franch’Infos n’a pas manqué de me surprendre.

La lutte contre les cambriolages et l’amélioration de la tranquillité publique font partie, dites vous, de vos priorités.

Diantre ! Francheville serait-elle devenue en quelques mois une cité invivable ou la paix sociale serait à ce point menacée ?

Lors d’un récent entretien que j’ai eu avec le Capitaine GAY, à l’occasion de son départ, ce sentiment d’insécurité à Francheville, que vous évoquez, ne transparaissait pas du tout dans ses propos.

De même,  les 3 mandats municipaux que j’ai effectués dans la majorité précédente m’autorisent à vous confirmez qu’il n’y a jamais eu  un  sentiment d’insécurité à Francheville ou bien alors faut-il  y voir un retournement soudain  que votre propre idéologie induit.

Car votre discours est la parfaite  illustration  de la théorie de la prophétie autoréalisatrice définie par le sociologue américain  Robert King Merton. A force de prédire l’évènement, il arrive. A force de chanter sur tous les toits que les franchevillois ressentent un sentiment d’insécurité, pour le coup, ils finiront par se demander  s’ils sont tranquilles, le soir, chez eux.

Votre parti pris, l’insécurité à Francheville, repose donc sur l’idée mille fois vérifiée que  le pessimisme est autoréalisateur.

Ne pensez-vous pas, que vous auriez été mieux inspiré, dans votre tribune de parler de cohésion sociale dont notre société, dans son ensemble, manque tant. Cohésion sociale qui repose sur deux ingrédients immatériels : un sentiment de justice et un degré minimal de confiance ?

Faire peur en brandissant le sentiment d’insécurité et en égrenant une batterie de mesures dont, d’ailleurs, l’efficacité reste toute relative,  ne donne pas confiance. Il est de votre responsabilité d’élu de tenir, au contraire,  un discours de courage et de détermination au regard des vicissitudes actuelles, par exemple, dans l’aide à la recherche d’emploi, la fourniture d’un logement, quête difficile pour certains,  le développement du commerce local alors que des pas de porte restent inoccupés (place du Châter, place du Bourg), autant de missions qui participent à la convivialité indispensable à toute vie en société.

C’est à l’aune de ces interventions  que votre influence sera reconnue  et non pas en imitant un illustre ministre qui, à l’époque voulait ‘’terroriser les terroristes ‘’avec le résultat que l’on connait.

Permettez-moi d’adresser un duplicata de la présente à Monsieur le Maire qui porte, je l’espère, un regard plus positif sur notre ville.

Je vous  prie d’agréer, Monsieur l’Adjoint, l’expression de mes sentiments distingués.

Michel REGOUDIS

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • facebook
  • twitter