• Facebook
  • Google+

Des quartiers où il fait bon vivre, l’expérience d’une équipe.

Amateurisme ou désinvolture ?

Amateurisme ou désinvolture ?

Depuis 1978, la ville de Francheville commémorait le 19 mars avec dignité et respect pour les victimes des combats en Algérie, Maroc et Tunisie. Depuis 1989 cette cérémonie a pris sa place dans les cérémonies mémorielles au même titre que le 11 novembre et le 8 mai. Cette année, Le maire et la plupart des élus majoritaires absents ; La première adjointe assurant une présidence a minima, venue célébrer…. « le 54ème anniversaire des accords d’Evian » ! qui s’est contentée de lire le message du Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants. Plus d’ordonnancement, remise en cause des emplacements pour les Anciens Combattants et pour le public,  absence des gendarmes, des pompiers, et de la fanfare, Absence du Conseil Municipal des Enfants, cafouillages multiples dans les sonneries officielles, lors de la minute de silence et même lors de la diffusion d’une Marseillaise à l’orchestration originale. A l’issue d’une cérémonie baclée en 15 minutes, chacun a été invité… non pas au vin d’honneur traditionnel,  mais à regagner son...
Dimanche, tout est possible…

Dimanche, tout est possible…

  Avec une participation de 55% Francheville fait presque figure de bon élève dans le paysage métropolitain. Le candidat de la droite arrive classiquement en tête sans atteindre la percée  que le maire candidat pouvait espérer.Il se consolera en comptabilisant les voix de sa majorité municipale (droite 36,79% et extrême droite 16,38%). Jean-Jack QUEYRANNE résiste bien (27,89%) en bénéficiant du vote utile des électeurs verts (8,96%) qui passent désormais, sous la barre des 10%. Une fois encore si l’union raisonnable avait été faite dès le premier tour, l’équipe de gauche, sortante (39,88%) aurait été majoritaire….même à Francheville. Pour le second tour, aucune voix ne doit manquer à  l’union réalisée autour de Jean-Jack QUEYRANNE, si l’on veut éviter que la Région ne bascule vers la droite ambiguë ou vers l’extrême droite. René LAMBERT...
Un peu de courage, les Républicains !

Un peu de courage, les Républicains !

  Les Délégués Départementaux de l’Education Nationale ont sollicité les maires du Rhône pour planter, sur leur commune, un arbre de la laïcité. En 2013, René LAMBERT avait proposé, qu’à Francheville, le cèdre du parvis de l’hôtel de ville soit désigné à cet effet et qu’une cérémonie soit organisée après les élections. Le même engagement avait été pris par l’ancien maire de Tassin. Si le nouveau maire de Tassin a respecté, l’engagement de son prédécesseur, celui de Francheville a, sans doute, d’autres priorités. Pourtant, les  attentats de janvier 2015,  auraient pu lui permettre de démontrer que ce qui nous rassemble doit être plus important que ce qui nous divise et que toutes les initiatives de son prédécesseur ne sont pas à jeter aux orties. Plutôt que de passer son temps à critiquer tout ce qui a été fait depuis 25 ans, pour désormais « faire autrement » Plutôt que de céder aux dérives de certains membres de la majorité. Plutôt que de consacrer chaque « tribunes libres» de Franch’Infos à régler ses comptes avec les anciens élus, le temps n’est-il pas venu  de démontrer aux Franchevillois qu’il convient de nous rassembler sur l’essentiel. L’arbre de la laïcité serait, sans doute, un signe fort.  ...
Antoine Perrot

Antoine Perrot

Antoine PERROT est né le 8 juin 1932 à Francheville, il nous a quittés à l’aube de ses 83 ans, le 24 mai dernier. Il fait sa scolarité à la Plaine et obtient son certificat d’études. Il entre à la S.NC.F.  en qualité d’apprenti électricien et  deviendra conducteur de trains. Dès l’âge de 18 ans il décide de « donner sa vie pour celle des autres » et s’engage dans le corps des sapeurs pompiers.   Il accomplit ses obligations militaires dans l’armée de l’air à Dijon jusqu’à sa libération en avril 1954, au grade de caporal chef et est rappelé pour servir la France, à Bousaada en Algérie, puis à Lyon, jusqu’en décembre 1955.   Toujours disponible, aimant rendre service il a participé à toutes les animations de la commune de la clique aux majorettes, en passant par le comité des Anciens, la gymnastique et les  jumelages   En octobre 1992 il reçoit la médaille de Francheville qui salue l’homme de courage, d’engagements et d’honneur. L’équipe Francheville au Cœur, dont Antoine faisait partie, a été présente aux côtés de sa famille pour lui témoigner la chaleur de son amitié et l’assurer  de sa très cordiale sympathie.     René...