• Facebook
  • Google+

Des quartiers où il fait bon vivre, l’expérience d’une équipe.

Parc sportif : les raisons d’un choix.

Parc sportif : les raisons d’un choix.

  Le maire et ses élus nous ont suffisamment reproché de n’avoir rien fait pour le sport à Francheville pendant 25 ans, passant sous silence, la salle spécialisée de Gymnastique Jean et Ginette Audin , la salle de danse et d’arts martiaux, E.L.A.N, la salle de ballons, le gymnase Jean Boistard, sans parler de l’entretien régulier des autres équipements sportifs. Ils ont décidé, pour des raisons idéologiques de jeter aux orties le projet de parc sportif élaboré avec les associations par l’équipe Francheville au Cœur en 2013 et ont proposé un réaménagement de l’existant qui semble, pour l’instant, être accepté par les futurs utilisateurs. Dans le cadre d’une démarche d’opposition constructive nous avons approuvé ce projet minimaliste, qui rajeunira le stade historique de Francheville Il n’en demeure pas moins que la majorité actuelle n’a aucune vision prospective de notre commune et que ces nouvelles infrastructures ne sauraient convenir à Francheville dans 10 ou 15 ans. Il appartient aux élus d’avoir, au minimum, une ambition et une vision pour leur ville. En  renonçant à l’agrandissement du parc sportif, que nous avions négocié avec la Métropole, ils privent définitivement notre commune de plus d’un hectare de terrain qui aurait été bien utile au présent et surtout à l’avenir du sport à Francheville        ...
Dimanche, tout est possible…

Dimanche, tout est possible…

  Avec une participation de 55% Francheville fait presque figure de bon élève dans le paysage métropolitain. Le candidat de la droite arrive classiquement en tête sans atteindre la percée  que le maire candidat pouvait espérer.Il se consolera en comptabilisant les voix de sa majorité municipale (droite 36,79% et extrême droite 16,38%). Jean-Jack QUEYRANNE résiste bien (27,89%) en bénéficiant du vote utile des électeurs verts (8,96%) qui passent désormais, sous la barre des 10%. Une fois encore si l’union raisonnable avait été faite dès le premier tour, l’équipe de gauche, sortante (39,88%) aurait été majoritaire….même à Francheville. Pour le second tour, aucune voix ne doit manquer à  l’union réalisée autour de Jean-Jack QUEYRANNE, si l’on veut éviter que la Région ne bascule vers la droite ambiguë ou vers l’extrême droite. René LAMBERT...
Francheville avance…. Et franchit le mur du çon!

Francheville avance…. Et franchit le mur du çon!

J’émerge difficilement du bain de stupéfaction, dans lequel m’a plongé la lecture d’un nouveau papier culturel, enrichissant notre commune, le bulletin de Francheville avance. Cette lecture m’a fait découvrir que je représentais un véritable paradigme de l’ingratitude, de la cécité et de l’amnésie réunies. En effet, je ne me suis pas rendu compte que la nouvelle cohorte municipale nous avait transféré directement de l’enfer au paradis, nous épargnant le purgatoire. Qu’allais-je donc faire deux ou trois fois par an dans ce Bruissin abandonné depuis trop longtemps, alors que, rajeuni, je n’y mets plus les pieds (anacoluthe).   Et nos amis du Collectif Collège (Au Cœur de Francheville, parents d’élèves,…), naïfs et aveugles, qui ne se sont même pas aperçu qu’ils luttaient pour un collège rétréci, qui n’attendait que la lucidité dimensionnelle des nouveaux conquérants.  Et moi, qui oublie que j’envisageais de déposer un permis de port d’arme pour pouvoir me promener tranquillement dans les rues de la commune.  Quelle économie réalisée, grâce à ce supplément significatif de sûreté offert par nos nouveaux vigiles municipaux. Et tout cela avec des impôts locaux en baisse. Non, ce n’est pas le mur de l’absurde qu’ils veulent nous faire franchir, c’est le fameux “Mur du çon” cher au “Canard enchaîné”.  Décidément, j’en veux de plus en plus à certains vaniteux prétendument écolo d’avoir ainsi gâché la qualité de vie de ma petite planète.                                                                                    Jean Claude...
Maladresse ou provocation ?

Maladresse ou provocation ?

  Dans un bel élan républicain, au lendemain des attentats de janvier, Michel Rantonnet annonçait, en mars dernier, dans l’édito du n° 121 de Franch’Infos « Nous souhaitons célébrer l’arbre de la laïcité sur le parvis de la mairie ». Huit mois plus tard, en dépit des tragiques attentats de Paris, le maire revient sur son engagement public, et relègue la plantation de l’arbre de la laïcité  à l’espace-jeunes du Bruissin. Associer les élèves des écoles et du collège à cet acte symbolique est incontestablement une bonne chose, mais comment leur expliquer l’importance de la Laïcité, au rang des valeurs républicaines en l’éloignant de l’hôtel de ville où se rassemblent spontanément nos concitoyens pour réaffirmer notre attachement à la République ? Comment justifier, au nom de la laïcité, la plantation d’un arbre au bas de la colline du Chatelard, dont nul ne conteste la valeur spirituelle ? Comment, (dans un trait d’humour, sans doute) justifier, au nom de la Laïcité l’organisation d’une cérémonie dans ces termes ? «  La date du 25 novembre  été finalement retenue. C’est le jour de la sainte Catherine, qui nous a incité à planter un arbre afin de valoriser la dimension symbolique d’un arbre amené à grandir (car comme vous le savez  à  la sainte Catherine, tout prend racine). » Alors que le 9 décembre, la République célèbre la journée nationale de la Laïcité. Bruno RIVIER  ...
Les experts !

Les experts !

Francheville : « Déjà 266 signatures contre le barrage » titre le Progrès du 27 octobre C’est bien peu au regard des 1500 signatures réunies pour dénoncer la suppression idéologique du festival Fort en Jazz et c’est beaucoup au regard de la responsabilité prise par les signataires en cas de survenance d’une crue de l’Yzeron. Ne perdons pas de vue que les retenues sèches de Francheville et de Tassin  ne sont pas le fruit de promoteurs avides de profit ou de politiciens véreux, elles ne sont qu’un volet du plan de maitrise des crues de l’Yzeron adopté par le SAGYRC, l’Etat, la Région, la Métropole, le Département du Rhône, et les associations de protection de la nature, à la demande des sinistrés. Lorsqu’une crue de rivière survient on entend toujours les mêmes phrases: « Des crues on en a déjà vu, mais comme celle-ci jamais! » « Avec le réchauffement climatique, on savait qu’un jour ou l’autre, il y aurait une catastrophe !» « On attend toujours qu’il y ait des morts pour agir !» Depuis plus de vingt ans, nous savons qu’une crue de l’Yzeron peut s’avérer dramatique pour des habitants de Francheville, de Sainte Foy et d’Oullins et il y a toujours quelques citoyens, plus experts que les experts, qui tentent de combattre les évidences. Il existe même des élus, dont la conviction affirmée ne résiste pas à l’injonction du Préfet, qui ont la prétention de connaître le prix raisonnable d’une vie. Ou seront-ils, ces experts, le jour ou « la crue qui n’est jamais arrivée » arrivera ? René...
En 2014, ils nous avaient promis…

En 2014, ils nous avaient promis…

En  2014, ils nous avaient promis : –       «  de ne pas confisquer votre pouvoir d’achat » –       «  de baisser la fiscalité communale » –       «  de dépenser moins pour dépenser mieux »     Fin 2015, nous constatons : Une baisse de la taxe d’habitation de 2 € * par habitant en 2014, immédiatement corrigée par une hausse de la taxe foncière de 6 €*, par habitant et une nouvelle hausse équivalente pour 2015.   Une hausse de tous les tarifs municipaux de 2 % et en particuliers des services rendus aux enfants de nos écoles Le passage au tarif maximum de ces services pour les enfants scolarisés à Francheville, dont les parents ne résident pas à Francheville. A titre d’exemple : Une famille franchevilloise, avec des revenus moyens, ayant 2 enfants a pu constater : –       Une baisse de 8 € de sa taxe d’habitation en 2014 puis une hausse de 20 € en 2015. –       Une hausse de 24 € pour sa taxe foncière en 2014 et une nouvelle hausse de  24 € en 2015 –       Une hausse des tarifs municipaux de la cantine et de la garderie de  12€ par trimestre. –       Au total c’est une augmentation de  72 €  en 2 ans Vous avez été trompé par l’effet d’annonce de la baisse symbolique de la taxe d’habitation qui, en réalité ne fait que masquer une amputation de votre pouvoir d’achat par les nouveaux élus.   Maurice GUIBERT.   * source ministère des finances «  les comptes des communes »...