• Facebook
  • Google+

Des quartiers où il fait bon vivre, l’expérience d’une équipe.

Quel gâchis …  mais quelle réponse !

Quel gâchis … mais quelle réponse !

Gagner les élections n’autorise pas toutes les dérives au nom du changement. Par idéologie, par haine, par bêtise, Fort en jazz a été supprimé du paysage culturel régional, par le fait du nouveau prince, sans la moindre discussion, sans la moindre explication, mais avec une certaine fierté non dénuée de morgue. Pas même une réponse, ne serait-ce par simple politesse ou courtoisie, aux porteurs d’une pétition de plus de 1500 signataires (dont un tiers de franchevillois) que sont Jean Paul BOUTELLIER, fondateur de Jazz à Vienne, Jacques BONNARDEL, Président de Jazz’Rhône Alpes, ou Jean MEREU journaliste et artiste président de l’ARFI. Supprimer d’un revers de manche, les partenariats avec les écoles et l’école de musique, le monde économique, les acteurs sociaux est incompréhensible et fautif. De nombreux franchevillois ont refusé que la guillotine ressorte du musée. Des artistes, des professionnels de la musique, de la communication et du monde économique ont accepté de s’impliquer gracieusement pour que le jazz résonne encore à Francheville. Réservez votre soirée du 5 juin pour constater que : « Ca jazz(e) fort à Francheville »....