• Facebook
  • Google+

Des quartiers où il fait bon vivre, l’expérience d’une équipe.

Charité bien ordonnée…

Charité bien ordonnée…

           Alors qu’il nous rappelle, sur tous les tons, que l’Etat se désengage, trouvez-vous normal que le maire impose aux Franchevillois l’achat d’un terrain constructible à plus d’un million d’euros pour agrandir d’une vingtaine de places, le parking des trois oranges alors que le financement des parkings est de la compétence de la Métropole ? Alors qu’il prétend devoir faire faire des économies, trouvez-vous normal que le maire se fasse installer, en priorité, la climatisation dans son bureau, pendant que les administrés et le personnel continuent à subir les inconvénients des grosses chaleurs ? Alors qu’il se veut proche des séniors, trouvez-vous normal que le maire n’ait pas trouvé la possibilité d’aménager une salle climatisée dans chaque quartier de Francheville ? Alors qu’il se targue de bien gérer Francheville, trouvez-vous normal que le maire utilise, aux frais du contribuable, un véhicule appartenant à la commune ? Se servir n’est pas notre conception du service public ! Et ce n’est pas non plus, le sens de la loi qui rappelle que « les fonctions de maire, d’adjoint et de conseiller municipal sont gratuites  ( art L 2123-17 du code général des collectivités territoriales) Nous souhaitons à Francheville des élus disponibles, légitimes et respectés  et pas des élus du vieux monde aux pratiques d’un autre...
Francheville n’a pas besoin d’un FILLON local !

Francheville n’a pas besoin d’un FILLON local !

Depuis plus de 4 ans, le maire dicte sa propre loi dans la gestion des affaires de la commune. Le dialogue social n’est plus privilégié au point de contraindre le personnel communal à se mettre en grève pour se faire entendre. La quasi totalité de l’encadrement a déserté la commune. Les élus de l’opposition et même de la majorité, sont méprisés et sont privés du légitime débat démocratique. Le maire, déterminé à gérer Francheville autrement, dédaigne les conseils que nous lui avons adressés et dont vous avez été informés. Nous n’avons désormais d’autre solution que de saisir les tribunaux pour que la loi de la République soit rétablie à Francheville. Tant pis si les recours, qui n’ont jamais été aussi nombreux doivent encore aggraver les frais de justice qui atteignent des niveaux jamais atteints. Puisque le dialogue républicain est désormais confisqué par le maire de notre commune, nous, élus de Francheville au Coeur, avons décidé de porter sur le terrain administratif et judiciaire les agissements du maire que nous estimons contraires à la loi. D’ores et déjà, cette année, la commission de discipline du Centre de Gestion, saisie d’un litige, a recommandé au maire de Francheville une mesure de médiation avec les personnels de la commune afin de remédier aux tensions existantes. N’oublions jamais cette maxime de Lacordaire: « Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit. » Même s’il est complexé face aux avocats, Monsieur Rantonnet devra, lui aussi, se soumettre aux règles de droit. René LAMBERT Maire honoraire de...
Francheville en panne

Francheville en panne

En dépit d’opérations de communication coûteuses, la municipalité n’arrive pas à masquer son incapacité à maitriser les déplacements à Francheville. Non seulement les élus n’ont aucune vision de l’avenir de notre commune, ni aucun plan de déplacements, mais ils procèdent au coup par coup, sans étude préalable, avec une idéologie d’un autre temps, comme seul crédo. Par pur sectarisme, la commune dépense près de 2 millions d’euros de vos impôts locaux en hypothétiques parkings que la Métropole aurait pu financer. Par manque de travail, le maire, pourtant conseiller à la Métropole, a été incapable de permettre l’arrivée des Vélo’v à Francheville, ce que ses collègues de Tassin, Sainte-Foy-lès-Lyon et Oullins ont réussi à obtenir. Nous devrons encore attendre au moins 5 ans, alors que cette extension du réseau était inscrite dans le programme de notre groupe. Par pure démagogie il promet aux associations d’user de sa grande influence pour améliorer les transports en commun à Francheville. Où en est la liaison Francheville le Haut – Métro à Oullins ? Où en est le giratoire de la Chardonnière ? Où en est l’entretien des voies communales? Où en est l’aménagement de l’avenue de la table de pierre ? Où en est le plan de déplacements piétons ? Où en est la liaison piétonne écoles du Bourg – Médiathèque ? Où en est la prise en compte du déplacement des handicapés ? Où en est la construction de trottoirs Grande rue au Châter ? Ce n’est pas en organisant une « grande réunion » à l’IRIS, qui n’a d’ailleurs réuni que très peu de Franchevillois, que le maire arrivera à nous faire croire...
Une gifle de plus

Une gifle de plus

Après avoir perdu la présidence du SAGYRC, le maire de Francheville vient d’essuyer un nouveau revers dans sa tentative de convaincre ses collègues. Incapable de faire partager aux maires son point de vue Michel RANTONNET a été sèchement écarté d’un poste de vice président du syndicat chargé de remédier aux crues de l’Yzeron. Incapable de mener une argumentation raisonnée, il a continué d’utiliser les procédés les plus sectaires et s’est ridiculisé face à des interlocuteurs parfaitement au fait du sujet, qui, eux, maîtrisent leur dossier. Le plus grave est qu’il a aussi entrainé Francheville dans cette image d’incompétence, au point de marginaliser notre commune. Il faudra désormais compter sur la bonne volonté des élus des autres communes pour que la voix des Franchevillois soit entendue. L’isolement de Francheville est d’ailleurs de plus en plus patent au sein de toutes les structures intercommunales. Au SYTRAL, où pourtant Michel RANTONNET a été élu au début de son mandat, il brille par son inefficacité à apporter la moindre amélioration aux transports en commun sur la commune. A la Métropole ou FRANCHEVILLE voit ses aménagements réduits à la portion congrue, et devra financer sur ses propres deniers les promesses électorales démagogiques de parkings. Pendant ce temps les Franchevillois observent que les impôts qu’ils paient à l’intercommunalité servent à améliorer le cadre de vie des autres...
Des “économies” qui finiront par coûter très cher

Des “économies” qui finiront par coûter très cher

N’en doutons pas, la majorité va se glorifier du satisfecit décerné par l’association locale de défense des contribuables CANOL, dont le seul objectif est payer le moins d’impôts possible , sans se préoccuper des services publics et des projets. A regarder de plus près les seuls juges sont et seront les franchevillois. Que cela plaise ou non au maire, il suffit de discuter avec vous pour constater que vos avis d’imposition ne reflètent pas son optimisme béat et ne vous transportent pas d’enthousiasme. Il suffit de rencontrer les utilisateurs des écoles pour souligner le défaut d’entretien des bâtiments, la suppression de la carte ville à paiement différé et la baisse drastique des crédits scolaires. Il suffit de se rendre dans la salle de gymnastique pour remarquer les infiltrations d’eau. Les prétendues économies sur les contrats d’assurance font perdre à la commune la garantie du sinistre subi cet été à l’Iris. Les parents des petits enfants sont légitimement inquiets lorsqu’ils constatent que le portail d’accès au parc du Grillon est cassé depuis plusieurs mois. Les subventions aux associations ont globalement diminué de 10 % alors que les tarifs de location des salles ont fortement augmenté. Chaque jeudi après midi, les franchevillois trouvent porte close lorsqu’ils se rendent dans les services publics municipaux. Ces économies finiront par nous coûter très cher. Dans le même temps, charité bien ordonnée, on installe la climatisation dans le bureau du maire, mais pas dans les bureaux du...