• Facebook
  • Google+

Des quartiers où il fait bon vivre, l’expérience d’une équipe.

Pourquoi ont-ils supprimé le DAB de Francheville le Haut ??

Pourquoi ont-ils supprimé le DAB de Francheville le Haut ??

Pour développer les services publics dans chaque quartier l’ancienne équipe municipale avait installé dans des locaux appartenant à la commune un distributeur automatique de billets, en partenariat avec la Société Générale à Franch’Bel Air et en partenariat avec la Banque Postale au Bourg. Par défaut de réflexion et pour démolir ce qui avait été fait, le maire et son adjoint aux activités économiques ont fermé l’annexe postale. Ils ont supprimé le D.A.B. de Francheville le haut, pour installer dans les mêmes locaux, un espace co-working qui, à l’évidence, après 5 ans, ne fonctionne pas. Face aux mécontentements des commerçants et des franchevillois, les élus« recherchent désormais un local pour réinstaller un DAB » au Bourg. (Le Progrès du 12 mai 2019) Incapables de négocier et de trouver des partenariats, ils cherchent aussi, son financement et ont proposé chichement aux commerçants 50 000 € sur les 100 000 € nécessaires (hors local). Et ils osent parler de bonne gestion des deniers publics ! Le gaspillage continue ! Bon été à tous...
Le maire de Francheville se félicite !

Le maire de Francheville se félicite !

Lors de chaque intervention publique, relayée par la presse locale on peut lire que Michel Rantonnet se félicite de ceci ou de cela. Il s’agit, sans doute, de l’expression de sa légendaire modestie, mais les franchevillois sont en droit d’exiger d’autres garanties que son auto-satisfaction. Sa suffisance n’engage que lui et ses colistiers. A l’occasion de chaque vote budgétaire il affirme crânement que les finances de la commune sont saines alors que notre commune est régulièrement sanctionnée au titre du non-respect de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (gaspillage de plus de 100 000 € par an). Il vante sa bonne gestion alors qu’il nous fait payer les parkings au lieu de les faire payer par la Métropole, dont c’est la compétence.(gaspillage de plus de 1 500 000 €) Il se glorifie d’avoir baissé les impôts locaux… Vérifiez directement en comparant vos avis annuels d’imposition. Dans le Progrès du 2 avril, il n’hésite pas à affirmer que « la dette par habitant en 2014 était de 723 € »Il a le toupet de fouler aux pieds le rapport de la Chambre Régionale des Comptes, qui a constaté  “Francheville est peu endettée, l’encours de dette s’élevant à 7,1M€ en 2015, et la dette par habitant (512€), qui a décru, reste très inférieure à celle des communes de même strate démographique (944 €).” Les approximations, les astuces de communication et les mensonges ne tromperont ni les instances de contrôle des collectivités publiques, ni les autorités judiciaires ou...
Le débat ?

Le débat ?

Au moment où la France entière s’interroge dans la discussion et le débat, Au moment où le Président de la République sollicite les maires pour organiser et fédérer les interventions des citoyens, Michel Rantonnet se met en marge de tous les élus du département et considère qu’à Francheville on n’a pas à réfléchir. Il faut dire qu’en matière d’ouverture et de débat il en connait un rayon ! Lui, qui a supprimé tous les conseils de quartiers, et toutes les instances citoyennes ; Lui qui muselle les oppositions lors des séances du conseil municipal et qui s’arroge le droit de corriger les libres paroles dans le bulletin municipal ; Lui qui traite ses administrés avec désinvolture, au point de ne pas répondre à leurs courriers et les fait recevoir par son directeur de cabinet Lui qui organise des shows sur l’Yzeron et écarte soigneusement tous ceux qui pourraient lui apporter une contradiction ; Lui qui prétend réduire le nombre des fonctionnaires territoriaux, n’hésite pas à employer du personnel supplémentaire pour développer sa communication personnelle. Lui qui se complait à diffuser son image narcissique, comme meilleur vecteur de sa pensée ( pas moins de 13 photos de sa personne dans le n° 143 de Franch’infos) ; En ce début d’année faisons le rêve d’un maire à l’écoute de ses concitoyens et n’agissant que dans le seul intérêt des...
Premier bilan

Premier bilan

Au moment de souhaiter à chacune et à chacun d’entre vous, une excellente année 2019, le temps est déjà venu de dresser un premier bilan de l’action de la municipalité. Francheville Autrement vous avait promis de baisser les impôts et c’est du vent !De vous redonner du pouvoir d’achat, pure démagogie ! Les élus majoritaires doivent désormais rendre des comptes. Nous avons repris le catalogue des promesses faites en 2014 et en 5 ans à la tête de notre commune Michel Rantonnet aura à peine entamé 24% du programme présenté aux Franchevillois lors des élections municipales. Nous ne prenons pas beaucoup de risquesen affirmant qu’il est incapable de tenir, en une année, les trois quarts de ses engagements.Du rond point de la Chardonnière, aux pistes cyclables, de la maîtrise des logements sociaux à la liaison bus Francheville le haut-métro d’Oullins, de l’office municipal des sports, aux trottoirs de la Grande rue, etc… Nous pouvons d’ores et déjà affirmer que l’image de bon gestionnaire, qu’il voudrait s’attribuer, est écornée par les gaspillages d’argent public, par pur dogmatisme, en voulant démolir systématiquement ce qui avait été fait par ses prédécesseurs:suppression de la navette, de la carte ville, fermeture de la mairie le jeudi, achat par la commune d’une maison pour agrandir le parking des 3 oranges etc… Tout en s’accordant, à titre personnel, des avantages...
Charité bien ordonnée…

Charité bien ordonnée…

           Alors qu’il nous rappelle, sur tous les tons, que l’Etat se désengage, trouvez-vous normal que le maire impose aux Franchevillois l’achat d’un terrain constructible à plus d’un million d’euros pour agrandir d’une vingtaine de places, le parking des trois oranges alors que le financement des parkings est de la compétence de la Métropole ? Alors qu’il prétend devoir faire faire des économies, trouvez-vous normal que le maire se fasse installer, en priorité, la climatisation dans son bureau, pendant que les administrés et le personnel continuent à subir les inconvénients des grosses chaleurs ? Alors qu’il se veut proche des séniors, trouvez-vous normal que le maire n’ait pas trouvé la possibilité d’aménager une salle climatisée dans chaque quartier de Francheville ? Alors qu’il se targue de bien gérer Francheville, trouvez-vous normal que le maire utilise, aux frais du contribuable, un véhicule appartenant à la commune ? Se servir n’est pas notre conception du service public ! Et ce n’est pas non plus, le sens de la loi qui rappelle que « les fonctions de maire, d’adjoint et de conseiller municipal sont gratuites  ( art L 2123-17 du code général des collectivités territoriales) Nous souhaitons à Francheville des élus disponibles, légitimes et respectés  et pas des élus du vieux monde aux pratiques d’un autre...
Francheville n’a pas besoin d’un FILLON local !

Francheville n’a pas besoin d’un FILLON local !

Depuis plus de 4 ans, le maire dicte sa propre loi dans la gestion des affaires de la commune. Le dialogue social n’est plus privilégié au point de contraindre le personnel communal à se mettre en grève pour se faire entendre. La quasi totalité de l’encadrement a déserté la commune. Les élus de l’opposition et même de la majorité, sont méprisés et sont privés du légitime débat démocratique. Le maire, déterminé à gérer Francheville autrement, dédaigne les conseils que nous lui avons adressés et dont vous avez été informés. Nous n’avons désormais d’autre solution que de saisir les tribunaux pour que la loi de la République soit rétablie à Francheville. Tant pis si les recours, qui n’ont jamais été aussi nombreux doivent encore aggraver les frais de justice qui atteignent des niveaux jamais atteints. Puisque le dialogue républicain est désormais confisqué par le maire de notre commune, nous, élus de Francheville au Coeur, avons décidé de porter sur le terrain administratif et judiciaire les agissements du maire que nous estimons contraires à la loi. D’ores et déjà, cette année, la commission de discipline du Centre de Gestion, saisie d’un litige, a recommandé au maire de Francheville une mesure de médiation avec les personnels de la commune afin de remédier aux tensions existantes. N’oublions jamais cette maxime de Lacordaire: « Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit. » Même s’il est complexé face aux avocats, Monsieur Rantonnet devra, lui aussi, se soumettre aux règles de droit. René LAMBERT Maire honoraire de...