• Facebook
  • Google+

Des quartiers où il fait bon vivre, l’expérience d’une équipe.

Dogmatisme et mauvaise gestion.

Dogmatisme et mauvaise gestion.

  Lors du dernier conseil municipal le maire a dû rendre public le rapport de la Chambre Régionale des Comptes relatif à la gestion de Francheville pour les exercices 2009 à 2015. Pour la 4ème fois en 25 ans, la Chambre a validé la gestion de notre commune par les équipes Francheville au Cœur en réaffirmant que « la situation financière de la commune de Francheville est satisfaisante … que Francheville est peu endettée… que la dette par habitant (512 €) reste très inférieure à celle des communes de même strate démographique (944 €)… »  Souhaitons à la municipalité actuelle de présenter, à l’issue de son mandat, un bilan comparable, même si nous avons quelques raisons d’en douter. Ainsi, lors du même conseil, le maire a fait adopter une délibération relative à l’achat par la commune d’une parcelle de terrain constructible pour agrandir d’une vingtaine de places le parking des trois oranges. La réalisation et l’entretien des parkings, comme la quasi totalité de la voirie, relèvent de la compétence de la métropole et il appartenait au maire, conseiller métropolitain, de faire financer cet investissement par le Grand Lyon, à l’instar de ce que le Grand Lyon a fait, en 2013, pour les 80 places du parking de l’ELAN. Il en a été incapable et par dogmatisme, il impose aux Franchevillois la double peine. * Payer des impôts au Grand Lyon (qui serviront aux autres communes) * Payer seuls, plus d’un million d’euros (qui vient s’ajouter aux 200 000 € du parking de la rue du Robert) qui auraient dû être payés par les contribuables de l’agglomération. C’est typiquement un exemple de mauvaise gestion...
Parc sportif : les raisons d’un choix.

Parc sportif : les raisons d’un choix.

  Le maire et ses élus nous ont suffisamment reproché de n’avoir rien fait pour le sport à Francheville pendant 25 ans, passant sous silence, la salle spécialisée de Gymnastique Jean et Ginette Audin , la salle de danse et d’arts martiaux, E.L.A.N, la salle de ballons, le gymnase Jean Boistard, sans parler de l’entretien régulier des autres équipements sportifs. Ils ont décidé, pour des raisons idéologiques de jeter aux orties le projet de parc sportif élaboré avec les associations par l’équipe Francheville au Cœur en 2013 et ont proposé un réaménagement de l’existant qui semble, pour l’instant, être accepté par les futurs utilisateurs. Dans le cadre d’une démarche d’opposition constructive nous avons approuvé ce projet minimaliste, qui rajeunira le stade historique de Francheville Il n’en demeure pas moins que la majorité actuelle n’a aucune vision prospective de notre commune et que ces nouvelles infrastructures ne sauraient convenir à Francheville dans 10 ou 15 ans. Il appartient aux élus d’avoir, au minimum, une ambition et une vision pour leur ville. En  renonçant à l’agrandissement du parc sportif, que nous avions négocié avec la Métropole, ils privent définitivement notre commune de plus d’un hectare de terrain qui aurait été bien utile au présent et surtout à l’avenir du sport à Francheville        ...
2014 : les promesses   …      2017 : le constat

2014 : les promesses … 2017 : le constat

  Ils nous avaient promis : –        « De baisser les impôts » : 2 € de moins par franchevillois en 2014 largement rattrapés depuis. «  sans confisquer votre pouvoir d’achat » : Augmentation des tarifs de tous les services municipaux. –       «  De dépenser moins pour dépenser mieux » : Réductions importantes des heures d’ouvertures des services municipaux d’une demi journée à 3 demi-journées par semaine, réduction de moitié du service de la navette municipale –       « De réussir la mise en place des rythmes scolaires » : Moins de 50 % des élèves participants plus faible taux de tout l’ouest lyonnais –       «  De créer rapidement des places de parking dans chaque quartier» : 18 places supplémentaires à Francheville le haut financées uniquement par les franchevillois. –       «  D’ encourager et soutenir les associations » : Diminution de 11 % du montant des subventions et augmentation des tarifs de location des salles ( + 90 % pour la salle Barbara ) –       «  De maîtriser le développement de l’habitat » : Plusieurs centaines de  logements collectifs  en en chantier et multiplication des  permis de construire accordés. –       « D’ obtenir un accès rapide de Francheville le haut  au métro d’Oullins » : Rien à ce jour d’envisagé alors que Michel Rantonnet siège au SYTRAL. –       « D’encourager le commerce local » : Aucune ouverture de nouveau commerce  alors que plusieurs commerces ont fermé et des locaux sont inoccupés. –       « De moderniser le parc sportif » : Après de nombreux mois perdus, les travaux ne devraient débuter au mieux qu’ en 2018.   Avec Francheville Autrement, Francheville n’avance plus … Francheville s’endort, s’enlise et se dégrade....
Vous avez dit “attractive”?

Vous avez dit “attractive”?

On mesure la qualité d’une équipe à la fidélité de ses membres. Après avoir personnellement recruté une Directrice Générale des Services  et installé une Directrice de Cabinet, de son choix, pour réorganiser selon sa volonté, les services municipaux et la communication des élus, les premiers effets de la reprise en main politique du maire se font sentir. On ne va pas ironiser sur le coût du nouveau logo ni sur la prétendue attractivité de Francheville par nature, mais force est de constater que l’attractivité personnelle du maire n’est pas aussi naturelle qu’il l’affirme puisque ces deux hauts personnages de l’administration municipale viennent de quitter leur fonction, quelques mois seulement après leur recrutement. Si l’on ajoute à ces départs, la quasi totalité de l’encadrement, ainsi que 30 membres du personnel communal, et une adjointe, on peut légitimement s’interroger sur les capacités du maire et de sa majorité à témoigner au personnel communal suffisamment de respect pour gagner sa confiance et mettre en place le projet pour lequel ils ont été élus. Une telle hémorragie ne peut pas se justifier par « une légitime évolution de carrière » mais par un vrai problème de management. On juge un arbre à ses fruits mais pour l’instant, ce sont les jardiniers qui s’en vont....
Une nouvelle fois, ce qui n’est « jamais arrivé est arrivé ! »

Une nouvelle fois, ce qui n’est « jamais arrivé est arrivé ! »

  Dans la soirée du 22 novembre, l’Yzeron est sorti de son lit : à Francheville ,15 maisons inondées, 3 familles évacuées. Pendant ce temps, le Maire de Francheville préfère soutenir le candidat FILLON plutôt que d’être aux côtés des franchevillois victimes de cette crue. Une nouvelle fois, le Progrès a titré «  la montée des eaux a surpris tout le monde » et noté que «  la crue aurait pu être catastrophique » et constaté que «  le réveil a été rude pour les riverains ». Après avoir contesté –       l’hypothèse même de la crue centennale, –       la nécessité des barrages et demandé un moratoire, –       refusé énergiquement leur construction ce qui fait dire au Maire de Tassin la Demi Lune «  le refus du barrage, c’est un des arguments de campagne à Francheville », Après avoir voté à la Métropole la subvention au Sagyrc et fait voter tous les budgets du Sagyrc incluant les barrages, le Maire de Francheville aurait-il changé d’avis ? En effet le Progrès du 25 novembre, nous révèle que Michel Rantonnet et Pascal Charmot «  ni l’un ni l’autre ne contestait, jeudi, la nécessité du barrage,  à terme seul capable selon eux, de mettre les riverains à l’abri d’une crue centennale. » Une nouvelle fois le Maire de Francheville vous aura trompé : le barrage de Francheville, qui aurait atténué la crue du 22 novembre est d’ores et déjà financé et doit être construit pour protéger les riverains d’une crue centennale. Meilleurs vœux à toutes et...